Synergix

logo swissquality

News

Quoi de neuf...?


Que peut apporter la Blockchain à la comptabilité ?
Retour

Que peut apporter la Blockchain à la comptabilité ?

Pour mieux comprendre l'impact de la technologie blockchain sur la comptabilité, rappelons tout d'abord les principes à respecter en matière de présentation comptable : régularité, enregistrement intégral, fidèle et systématique des transactions, justification de chaque enregistrement, traçabilité des enregistrements comptables.

Quelles sont les caractéristiques d'une blockchain ? Il s'agit d'une technologie informatique innovante qui capture les données et permet de protéger et sécuriser des actes ou transactions financières sans recourir à un organe régulateur de contrôle. Par conséquent une chaîne de blocs ne permet plus le doute face au risque de falsification ou de détournement de fonds.

Voyons plus en détails quels peuvent être les effets de cette nouvelle technologie auprès de nos experts en finance et controlling.

 

La blockchain laisse entrevoir une véritable réforme du système de transactions de manière générale en réglant le problème de la confiance des données sans recourir à un intermédiaire. Il s'agit d'un système informatique sécurisé par les firmes adhérentes au système (appelées « mineurs ») qui génèrent des calculs à différents niveaux. Ceux-ci permettent de valider la fiabilité du réseau et de créer de la confiance dans les transactions. C'est une perspective inédite que de transformer le système actuel de transactions et la traçabilité de ces dernières.

Ce nouveau mode de fonctionnement autonome va accélérer et rendre transparents les flux d'informations et de transactions entre tous les partenaires d'une entreprise et faire disparaître un certain nombre d'acteurs ayant figure d'autorité de contrôle aujourd'hui : commissaires aux comptes, auditeurs, consolideurs de comptes.

Les états comptables et financiers nécessiteront moins d'intervention humaine puisque des lignes de codes permettront de les établir en temps réel. Les fiduciaires pourront travailler à distance et verront leur valeur ajoutée encore davantage présente dans le conseil financier. La saisie des écritures débit/crédit appartient au passé.

 

Mode de fonctionnement et acteurs

Fonctionnement

Quand une transaction est réalisée, elle rejoint d'autres transactions afin de former un bloc que l'on ne peut plus modifier.

Au travers de logiciels cryptographiques, les « adhérents » valident le bloc afin de l'ajouter à la chaîne de blocs déjà existante et disponible auprès des participants. La transaction est, de fait, horodatée et son enregistrement fait foi. Aucune information ne peut alors être modifiée ni effacée. En cas d'erreur, une nouvelle transaction est nécessaire.

 

Rôle des intervenants

Au cœur d'une chaîne, qu'elle soit publique ou privée (c'est-à-dire ouverte à des membres autorisés), les utilisateurs participent à la sécurité des transactions par la mise à disposition de leurs processeurs pour résoudre les calculs ou algorithmes à différentes étapes. En échange de l'intervention de ces ordinateurs qu'on qualifie de «nœuds du réseau », chaque participant possède une « capture » de l'environnement auquel il adhère. Toute cette organisation permet d'assurer la validité des blocs. Il 'agit d'une mutualisation de la fiabilité des enregistrements.

 

Caractéristiques propres au système

Sécurité

Les bases de données étant disséminées, il n'est pas possible de corrompre les données ce qui fait de la blockchain un modèle de fonctionnement inviolable. A savoir également qu'une transaction sur une chaîne est sécurisée via deux clés : l'une privée pour codifier la transaction et l'autre publique qui va identifier le destinataire. Ceci rend la transaction infalsifiable.

 

Transparence

En cas de défaillance, chaque participant sera immédiatement informé, car la validation des transactions est répartie entre les membres du réseau. La transparence est de mise, mais elle ne l'est pas pour tous. En effet, les membres de la chaîne n'ont accès qu'aux informations qui les concernent et les données privées ne sont pas accessibles.

 

Autonomie

Grâce au mode de fonctionnement de ces nouvelles « structures », l'intermédiaire de confiance n'est plus indispensable et permet de réaliser de belles économies substantielles. C'est de façon programmée et autonome que les échanges se font via les lignes de codes et sans autre intervention humaine.

Ainsi, on qualifie de « smart contracts » les programmes informatiques permettant l'exécution de contrats selon des règles définies.

 

Exhaustivité et disponibilité

Cette innovation technologique permet de conserver l'intégralité des historiques et permet l'accès à tous les participants à une « méga » base de données des opérations effectuées. De plus, à tout moment ces participants peuvent de leur côté vérifier la validité de la chaîne.

Ce nouveau procédé donne ainsi naissance à des microsystèmes décentralisés et partagés qui fonctionnent grâce à des protocoles virtuels. Son mode de fonctionnement passe par différents maillons, permettant de s'assurer de la sécurité de passage, en multipliant les points de réception d'informations. L'univers fiduciaire ne peut donc qu'être impacté par ces changements technologiques qui transforment profondément notre vision des enregistrements et de la consolidation comptable.

La puissance de la technologie promet une multitude d’avantages tels qu’une efficacité améliorée, une réduction des erreurs, un rapprochement facilité, une réduction des coûts et de la fraude, une amélioration de la conformité réglementaire et une réduction des audits. Les grands cabinets comptables comme KPMG ou Deloitte ont d’ailleurs bien compris le potentiel de la blockchain et y investissent déjà massivement.