Synergix

logo swissquality

News

Quoi de neuf...?


Interview Fintech : Telexoo, le change au meilleur taux
Retour

Interview Fintech : Telexoo, le change au meilleur taux

La gestion administrative d'une entreprise passe parfois par le besoin de convertir des devises que ce soit pour régler ses fournisseurs ou pour encaisser les paiements de ses clients à l’international. Lorsqu'on est dans cette situation, on prend en général contact avec sa banque qui applique un taux de change plus une marge, ainsi que des frais bancaires. La marge et les frais ne sont pas toujours mis en avant et diffèrent d’un établissement à l’autre. Telexoo a choisi d’éliminer ces frais et de proposer en ligne le meilleur taux de Suisse.

Notre fiduciaire cherchant à apporter les solutions les plus performantes à ses clients offre ce service. D'autre part, Synergix a la volonté d'intégrer Telexoo dans IODD afin de pouvoir en faire profiter les utilisateurs directement depuis l’interface. À une époque où les consommateurs sont à la recherche de rapidité, de sécurité et d’économies, Telexoo s’impose comme une société Fintech innovante de référence dans le domaine des paiements. Nous avons interviewé Michael Desforges pour mieux comprendre comment s’est construite leur histoire.

 

Pouvez-vous nous présenter Telexoo en quelques mots svp ? 

La volonté de Telexoo est de proposer le meilleur taux de change pour les besoins des entreprises et des particuliers. La plupart des clients n’ont pas accès à de bonnes conditions auprès de leur banque. Car il peut être facile de négocier avec votre banquier si vous avez plusieurs millions à changer, mais si vous avez 3000 CHF à convertir, ça ne sera pas le cas. Ce qui me captivait était d’apporter de la valeur à ceux qui n’y ont pas accès. Si vous allez à la rencontre d’une multinationale, comme Nestlé, ils ne seront pas intéressés. Vous ne pouvez pas améliorer leur taux de change, car ils ont un volume tel qu’ils ont déjà des conditions de banques. Alors que si vous allez voir une petite entreprise, un frontalier ou un suisse qui va acheter une voiture en Allemagne, jamais la banque ne leur fera un rabais. Ce qui me motive particulièrement, c’est d’apporter des solutions innovantes et pertinentes à une clientèle sensible aux problèmes de taux de change. 

 

Quelle a été l’impulsion décisive pour en venir à sa création ? 

Je travaillais dans une grande banque, j’avais un bon poste, on était en pleine période de crise, au moment des subprimes (2008-2009) et je lisais le livre « le cygne noir » de Nicholas Taleb. En résumé, c’est un trader philosophe qui a essayé de recenser le nombre de crises de ces 30 dernières années et s’est aperçu que ça ne suivait pas une distribution normale statistique, il y aurait dû en avoir beaucoup moins. Et il exprime très justement que quand vous êtes pris dans une phase difficile et que vous êtes dans une grande entreprise, vous ne contrôlez pas votre avenir. Il dit qu’il faut mieux faire par soi-même, maîtriser ses erreurs et se mettre en position où il peut y avoir un cygne noir non pas négatif, mais positif. Car dans une grosse organisation vous avez plus de chance de ne jamais sortir du lot et à l’inverse, s’il y a un cygne noir négatif, tout le monde est viré, c’est la faillite, etc. Alors que si vous prenez un risque que vous créez votre société, vous regardez où il y a des opportunités. Et bien, peut-être que ça va marcher, vous aurez un cygne noir positif et votre avenir sera assuré et plus sûr. À cette époque-là, on était plus d’une centaine sur le floor, j’ai levé la tête et remarqué qu’il n’y avait personne d’un certain âge. Je crois que dans ces grosses structures, on vous demande de beaucoup travailler, on vous met sous pression, et une fois que vous n’avez plus ce jus-là, on vous remplace par quelqu’un de plus jeune. J’avais 38 ans, je me suis dit « il me reste encore quelques années et ça va être mon tour. » Alors, autant faire cette expérience d’entrepreneuriat qui a toujours était en moi. 

D’une part, il y a une situation dans une entreprise qui vous fait dire que vous ne manquez pas grand-chose si vous deviez partir. Et d’autre part, et surtout, vous avez besoin d’avoir un projet qui vous motive. Pour moi, c’était les taux de change. On avait une clientèle avec beaucoup d’expatriés qui devaient envoyer régulièrement de l’argent chez eux. À chaque fois, ils passaient par l’ebanking et n’étaient pas satisfaits sur les taux de conversions proposés. Quand c’était pour de grosses sommes, pour une voiture ou une maison par exemple, ils nous appelaient pour négocier les prix. On avait cette latitude de pouvoir faire des rabais, mais la banque ayant des problèmes de revenus, les managers ont décidé d’arrêter les « discounts ». Et ce jour-là, je me suis dit qu’il y avait un marché, car il y a un besoin pour les clients et les banques ne vont pas dans cette direction. 

 

De quelle manière Telexoo est-il bénéfique pour les entreprises ?

Les gens veulent des conseils sur la façon d’optimiser le paiement et il y a tellement de pays où c’est compliqué, il y a de nombreux mouvements, ça varie tout le temps et il faut être rapide. Et en même temps, ces gens n’ont pas envie de payer. Telexoo conseille, simplifie le change dans toutes les devises et propose le meilleur taux du marché en économisant notamment sur les frais que prennent les banques. Notre solution permet en quelques clics et de manière sécurisée d’optimiser chaque paiement en devise. 4 - Comment les entreprises suisses ont-elles accueilli vos services ? Au début, elles ont eu un peu peur du fait qu’elles devaient passer par un intermédiaire qui ne leur était pas connu, et que celui-ci partait avec leur argent. Nous avons concentré nos efforts sur le web, car lorsqu’il y a une démarche pour optimiser le taux de change et que les gens découvrent que vous proposez les meilleurs taux, ils sont déjà en grande partie convaincus. Petit à petit, notre image s’est construite, notamment grâce à une émission dans laquelle nous sommes passés sur la RTS (TTC). Et le 15 janvier 2015, quand le taux plancher a explosé, les gens se sont tournés vers Telexoo, car il n’y avait plus d’argent dans les bureaux de change. Nous avons eu d’un coup un afflux énorme, grâce au travail qui a été fait avant sur internet. 

 

 

Comment voyez-vous votre croissance dans les 5 prochaines années ?

C’est assez intéressant ce qui se passe dans le monde du paiement. Les banques ont traité cela avec beaucoup de dédains pendant longtemps, préférant la gestion de fortune. Ce qui allait très bien dans un univers de non déclaré où les clients restaient fidèles pour ne pas prendre de risque. Mais aujourd’hui, les problèmes sont complètement autres, car du coup les consommateurs changent de banques sans aucune culpabilité pour aller vers le moins cher. Les clients de gestion de fortunes qui ont la soixantaine sont très différents de ma clientèle qui est plutôt jeune. Il y a beaucoup d’opportunités pour faciliter la vie. Mon cheval de bataille est de faire gagner du temps aux gens. Je voudrais donc proposer du contenu et des services qui pourraient être logiques pour eux dans ce sens. 

 

Créez-vous des synergies avec d’autres organisations de la FinTech Suisse? Si oui, lesquelles et pourquoi ?

Depuis longtemps, nous travaillons ensemble avec IODD de manière complémentaire et partageons la même vision de ce que nous souhaitons apporter à nos clients. D’autre part, il me semble qu’il y a une nouvelle vague très intéressante dans le secteur de la finance, qui va communiquer ensemble et être plus forte. Je crois beaucoup en l’interfaçage de ces sociétés dans les cinq prochaines années.

 

7 - D’après vous, la Suisse est elle un terrain fertile pour la Fintech ? Quels sont ses défis ?

Nous avons un niveau bancaire beaucoup plus élevé qu’ailleurs. Même si nous avons eu une arrogance terrible, il faut se dire que le passé est terminé et aller vers l’avenir. On a 8 ans ou 9 ans de retard sur certaines réglementations, mais je crois beaucoup au futur de la Suisse dans la Fintech.

 

Comparé aux autres solutions, Telexoo permet d'économiser jusqu'à 3% par an. Sur un change de 3000 .- par mois, cela peut représenter un gain dépassant les 1000 .- . Un service qui a donc tous les atouts pour s'imposer. En ce début d'année, l'entreprise a choisi de mettre en avant ses avantages avec une campagne de communication vidéo moderne et décalée, dont nous vous proposons un petit aperçu :

 

Pour en savoir plus sur la startup genevoise, visitez le site web telexoo.ch .