Synergix

logo swissquality

News

Quoi de neuf...?


Interview Fintech : Neon, la première application bancaire suisse
Retour

Interview Fintech : Neon, la première application bancaire suisse

Si nous vivons au pays des banques, les offres digitales de celles-ci sont encore rares comparées aux autres pays d’Europe.

C’est avec l’idée de combler ce manque qu’est née Neon, la première banque suisse uniquement en ligne. La startup s’est associée avec un partenaire bancaire pour se concentrer sur l’aspect technologique et proposer un produit unique en Suisse. Récemment nommée finaliste des Swiss Fintech Awards, nous avons interviewé Michael Noorlander, cofondateur de Neon, pour mieux comprendre ce projet novateur.

 

Pouvez-vous nous présenter Neon en quelques mots svp ? 

Neon est en train de remuer le paysage bancaire suisse. Pendant trop longtemps, les utilisateurs ont eu accès à des applications bancaires de piètre qualité dont les honoraires étaient élevés et peu transparents. Nous proposons une offre sur smartphone ultrarapide et abordable pour tous - un compte bancaire et une carte sans frais, des paiements en Suisse et dans l'UE, le tout facilement gérable avec l'application Neon.

 

Comment avez-vous eu l’idée de créer Neon ?

Nous, les fondateurs, sommes aussi des consommateurs. Après avoir travaillé pour des banques à travers l’Europe, ainsi qu'en Allemagne, en France, au Royaume-Uni et en Suisse, nous avons pu constater à quel point la Suisse était clairement en retard sur ce point. Nous avons donc écrit le concept, créé la société il y a un an et demi et lancé Neon en août 2018.

 

Quelles sont les principales manières dont Neon est bénéfique pour ses utilisateurs ?

Vous ne trouverez pas de solution plus rapide et moins chère pour vos besoins quotidiens en Suisse (faire des virements, recevoir votre salaire, effectuer des paiements, etc.). Vous pouvez ouvrir un compte en moins de 10 minutes. Vous gagnez du temps et de l'argent. Nous allons ajouter d’autres services au fur et à mesure pour rendre Neon toujours plus pratique. De plus, nous sommes 100 % mobile, donc adaptés à la vie digitale de nos utilisateurs - utiliser Neon est aussi simple qu’envoyer un message avec Whatsapp.

 

Neon repose sur l’Open Banking, pouvez-vous nous expliquer de quoi il s'agit et les avantages qui en découlent pour votre entreprise ?

L’Open Banking est la base de notre concept et ce qui nous a permis de mettre en place l’application aussi rapidement - il n’y a aucune alternative qui aurait permis un lancement aussi vite. Les institutions financières permettent à des développeurs tiers de créer des applications ou des services en offrant un accès sécurisé à leurs programmes à travers des API (Interface de Programmation Applicative) ouvertes. Grâce à l’API standardisée de la banque Hypothekarbank Lenzburg, nous avons pu utiliser leur plate-forme ouverte, ce qui a permis de connecter nos applications avec un système bancaire central. Pour être une banque en Suisse, il faut remplir énormément de critères. En nous appuyant sur l’API ouverte d’HypothekarBank Lenzburg, nous n’avons pas eu besoin d’en devenir une, mais nous avons pu nous reposer sur le savoir-faire d’une institution dans ce domaine et nous concentrer sur l’aspect technologique. Nous pouvons de la même manière ajouter des fonctionnalités supplémentaires à notre application qui peuvent également passer par les API - nous sommes par exemple en train de travailler sur la gestion des e-factures.

 

neon

 

Comment les Suisses ont-ils accueilli vos services ?

Très bien. En quelques mois à peine, nous avons créé une base d’utilisateurs à quatre chiffres avec notre version bêta et nous avons eu beaucoup de retours positifs, à la fois encourageants et stimulants. Nous avons presque été surpris par la passion de nos clients qui a sans doute été mise à mal par le manque d'innovation et d'idées pertinentes des banques traditionnelles.

 

Comment voyez-vous votre croissance dans les 5 prochaines années ? Peut-on imaginer une évolution de vos produits vers un usage pour les entreprises ?

Nous voulons devenir la première banque mobile en Suisse. Nous nous concentrons principalement sur les particuliers. Le potentiel en termes de produits et services que nous pouvons proposer via Neon est considérable - notre philosophie est conçue autour de l’idée de plate-forme. Pour l’instant, nous n'avons prévu aucune offre B2B, mais qui sait ? Nous verrons dans le futur, pourquoi pas commencer avec les travailleurs indépendants…

 

Vous semblez beaucoup travailler en synergie avec d’autre Fintech, lesquelles sont-elles et pour quelles raisons ?

Comme je le disais, nous suivons une philosophie de plate-forme. Nous pensons qu'il existe des domaines dans lesquels nous sommes très compétents, par exemple: comprendre nos clients, construire une excellente expérience utilisateur et étudier le marché pour trouver les meilleurs produits. Mais nous ne pouvons pas être bons dans tout. Nous avons donc développé des partenariats avec des start-up et des entreprises bien établies, qui sont exceptionnellement douées dans ce qu'elles font, Sonect pour le retrait de liquide (plus de 900 points de retraits à travers la Suisse) ou Contovista pour l’analyse des dépenses. Cette approche nous permet de maintenir des coûts bas et d’offrir la meilleure expérience utilisateur possible.

 

D’après vous, la Suisse est-elle un terrain fertile pour la Fintech ? Quels sont ses défis ?

Il y a beaucoup de savoir-faire, ce qui en fait un des meilleurs terrains et c’est le cas dans beaucoup d’autres domaines. Mais d’un autre côté, le potentiel du marché intérieur est limité et les réglementations drastiques pour fournir des services financiers dans d’autres pays. Les coûts d'exploitation sont également élevés, ce qui est un problème pour chaque start-up suisse.

 

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite créer son entreprise ?

Nous sommes prudents avec ce genre de chose, car nous apprenons encore tous les jours ! Les trois points qui d’après moi, nous ont rendus plus forts sont : Premièrement, nous passons beaucoup de temps à parler et à écouter nos clients. Deuxièmement, nous avons trouvé un partenaire solide avec l’Hypothekarbank Lenzburg, ce qui nous a permis de gagner beaucoup de temps pour une mise sur le marché rapide. Troisièmement, nous avons des investisseurs expérimentés et axés objectifs qui nous défient tout en nous aidant.